Environnement Mont-Blanc

Environnement Mont-Blanc

Le classement du massif du Mont-Blanc


Depuis 1951 le massif du Mont-Blanc est classé dans sa totalité pour toutes les parties dépassant 2000 mètres d’altitude.
Ainsi, glaciers et aiguilles bénéficient, depuis un demi-siècle déjà, de mesures de protection importantes.
Dans un proche avenir, l’objectif à atteindre est le classement du massif du Mont-Blanc comme «Patrimoine Mondial de l’Humanité».

La création des réserves naturelles, après celle des grands parcs nationaux, constitue un de ces moyens de protection.
A l’intérieur du Pays du Mont-Blanc, qui compte cinq réserves naturelles, soit 5% des réserves nationales et 25% des réserves régionales !

Cernée

  •  au sud par la Vanoise
  • au sud-est par le Grand Paradis
  • à l’ouest par la réserve de Sixt
  • et au nord-est par l’Espace Mont-Blanc

la vallée de Chamonix tout entière est concernée par la protection de la nature.

 Respecter l’environnement naturel tout en développant les structures touristiques est parfois une gageure difficile. L’impact environnemental des remontées mécaniques fait l’objet, autant que faire se peut, d’un contrôle constant, ces structures étant réparties sur des sites distincts. Par ailleurs, la réhabilitation de zones de «friches» touristiques est en cours, tandis que l’on progresse régulièrement dans les travaux d’enfouissement des lignes aériennes.

Pour ce qui concerne la préservation de la qualité de l’air, et afin de limiter la circulation automobile individuelle facteur de pollution, le réseau de transport en commun est, d’année en année, optimisé grâce à une politique de libre circulation accordée aux gens du pays comme aux résidents secondaires et aux touristes dans les bus et dans les trains.