Qu’est-ce que les peaux en ski de randonnée ?

Peaux ski de rando

Que les défenseurs des espèces en voie de disparition se rassurent, cela fait bien longtemps que les fameuses peaux de phoque ne nécessitent plus la traque et l’abattage de ces adorables petites bêtes. Les peaux en ski de randonnée sont, pour la plupart, fabriquées à base de synthétique ou de Mohair – des poils d’alpaga. Toutes les informations utiles pour bien préparer vos vacances au ski sont sur le site sejours-ski.fr/.

Le système qui leur permet de fonctionner est en fait assez simple. Les « poils » sont disposés dans un certain sens. La descente va avoir tendance à brosser les skis dans le sens du poil, et donc à favoriser la glisse, quand la montée les prendra à rebrousse-poil, évitant au skieur d’être tiré en arrière par la gravité.

Dans le domaine des peaux en ski de randonnée, d’immenses progrès techniques ont été apportés depuis quelques années, résolvant un grand nombre des problèmes de décollages ou de poids qui pénalisaient jusqu’alors cette méthode.

Cet article devrait vous permettre de vous y retrouver dans cet offre pléthorique. Une fois bien au clair sur ce dont vous avez besoin vous pourrez retrouver toutes les peaux en ski de randonnée sur Approach-outdoor.com.

 

Peaux en ski de randonnée : quelle matière choisir ?

Beaucoup de gens pensent que les peaux en ski de randonnée, de par leur nom, sont majoritairement en mohair. Si c’est le cas pour certaines, de nombreuses autres sont également en synthétique.

Le 100 % mohair est aujourd’hui plutôt réservé à la compétition. Les poils de chèvre angora, s’ils permettent une glisse optimale, ont en revanche le désavantage de s’user extrêmement vite – d’où leur usage en course en montagne.

Le 100% synthétique possède les qualités diamétralement opposées. Très bon marché et quasiment inusable, les peaux en ski de randonnées faites à partir de ce matériau ont une glisse beaucoup moins efficace.

Testez le ski de rando dans les Pyrénées en vous renseignant sur ce site.

C’est pourquoi la majorité des randonneurs optent pour un compromis entre les deux, en choisissant des peaux associant deux tiers de mohair à un tiers de nylon.

Le résultat conserve le meilleur des deux mondes, mais n’est pas assez efficace pour la compétition.

Depuis quelques temps, on voit aussi apparaître les peaux à écailles, inspiré du ski de fond. Là aussi, aucun alligator n’a été violenté pour obtenir ce résultat : il s’agit d’une matière entièrement synthétique.

Le fabricant, Fisher, évoque une glisse extraordinaire pour 20% d’efforts en moins.

En bref, le petit monde des peaux en ski de randonnée est en pleine ébullition, et il vaut mieux garder l’œil ouvert sur les nouvelles technologies en rodage.

 

Comment les faire tenir ?

La méthode repose sur une double fixation. D’une part, les peaux sont positionnées et maintenues à plat sur les ski grâce à des attaches positionnées à l’avant et à l’arrière de celui-ci.

De l’autre, elles sont solidement attachées à l’aide d’une colle réutilisable, permettant d’éviter qu’elles bougent lors de l’ascension.

En savoir +

 

Les peaux en ski de randonnée se fixent sur la largeur de la spatule en faisant attention à ne pas la positionner sur les carres. Si on peut les découper pour les adapter à son matériel, dans certains cas les fabricants en vendent qui correspondent à leur modèle de ski.

Enfin, les peaux comme Gecko, Kohla ou Colltex utilisent une silicone permettant de se passer de colle. La plupart de ceux qui les ont testées en sont satisfaits.